Les aires marines protégées (AMP) ont été créées comme un outil stratégique pour la préservation à long terme du milieu marin, y compris de ses espèces, habitats, écosystèmes, ainsi que des services qu’il fournit, dans le but de garantir une gestion et un usage durables des ressources marines.

La réussite et la pérennité de ces outils de préservation dépendent directement de la taille et de la capacité des équipes de gestion, et de leur aptitude à travailler dans des conditions adaptées (Watson et al., 2014) : par exemple, les AMP bien gérées se sont avérées abriter plus de 5 fois plus de biomasse totale de gros poissons et 14 fois plus de biomasse de requins que les zones de pêche (Edgard et al., 2014). Le niveau de gestion des AMP dépend directement des financements et des stratégies financières. L’atteinte des objectifs de préservation des AMP dépend donc indirectement du budget disponible pour le financement des équipes de gestion et de leurs activités.

Dans la plupart des pays en développement ou les moins développés, les AMP demeurent sous-financées, ce qui résulte en une protection moins efficace des espèces et habitats. En Méditerranée, les AMP sont également confrontées à des difficultés opérationnelles, en particulier dans les pays non européens. De manière générale, les AMP existantes souffrent d’un manque significatif de ressources pour financer les coûts récurrents, notamment les coûts de personnel, mais également d’équipement, de suivi, de recherche, de formation et de gestion, de délimitation des frontières, d’application des lois, ainsi que de mise à disposition d’une infrastructure de parc adaptée. Les contributions financières existantes sont bien en-deçà des besoins, et révèlent une forte disparité entre les bassins nord et sud. Tout ceci affecte au final la performance des aires protégées. La mise en place d’un financement durable des AMP est par conséquent un exercice essentiel qui permettra de garantir une gestion efficace.

Si les ressources financières des AMP dépendent aujourd’hui de mécanismes plutôt classiques (fonds publics, projets européens, aides bilatérales ou bailleurs internationaux), il existe d’autres mécanismes plus innovants (retombées du tourisme notamment) qui pourraient contribuer à pérenniser la stabilité financière des AMP. Les gestionnaires d’AMP doivent donc définir des stratégies de financement pour renforcer et soutenir dans le temps leurs activités de conservation.